Producteur shohin mame bonsaï

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 009

Voici un bonsai de Lonicera periclymenum issu de prélèvement début juin 2011. Il poussait alors en garrigue Héraultaise, au beau milieu d'un champ pâturé par des chevaux. C'était un buisson rond, de trois mètres sur trois.

Les veines tournantes du tronc, la base bien évasée laissant entrevoir un futur nebari de qualité sans trop de travaux ont motivé le prélèvement. Les chèvrefeuilles racinent très facilement, aussi dès le prélèvement les plus grosses racines ont été coupées pratiquement à ras du tronc. N'ayant pas encore idée du futur de cet arbre, les branches avec du mouvement sont conservées en vue d’éventuels bois morts, les autres raccourcies, puis le futur Lonicera bonsai est rempoté dans un substrat composé majoritairement de pouzzolane.

La reprise est très rapide, en quelques mois le pot est colonisé de nouvelles racines et la plante émet des tiges de plus d'un mètre cinquante. Au cours de l'hiver décision est prise du futur de l'arbre, la taille des branches superflues est effectuée puis le haut des troncs grossièrement sculptés pour amener de la conicité. Ce travail qui peut paraitre radical n'est ni plus ni moins qu'une taille. Peu de temps après, on est début janvier et le Lonicera se mets déjà à bourgeonner.

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 001lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 002

04/06/2011 - 09/01/2012

Durant l'été, après une croissance correcte le bonsai chèvrefeuille est taillé, les futures branches charpentières ligaturées et positionnées. Les moignons de branches coupées de la base sont déchiquetés pour permettre à l'eau de rentrer dans les fibres et accélérer leur pourrissement.

Sur la partie haute un travail de bois mort manuel est effectué pour effacer au maximum les traces d'outils mécaniques. Au cours de l'hiver le bonsai de Lonicera est rempoté, déligaturé, puis religaturé dans la foulée en enroulant les spires dans le sens inverse pour fixer les mouvements de base des charpentières et mieux les positionner.

A partir de là, ce sont des alternances de croissance,taille et défoliations qui vont être appliquées jusqu'à aujourd'hui. En été 2013 les ligatures sont encore présentes et la construction par la taille des branches secondaires commence.

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 003lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 005

24/07/2012 - 09/08/2013

Ce Lonicera periclymenum a toujours bourgeonné très tôt, le voici mi-janvier, après avoir été définitivement déligaturé au début de l'hiver après la chute des feuilles. Le travail de décomposition se fait bien à la base, les moignons se font de plus en plus discrets et ont presque disparus, recouverts par la mousse.

C'est une espèce assez singulière à travailler. Les feuilles, qui ne sont pourtant pas très grandes à la base, se réduisent difficilement malgré un faible volume de substrat et une ramification qui s'accroit (le principe en gros est que plus un arbre est ramifié pour un volume de substrat donné, plus le nombre de feuilles est important et donc la surface foliaire diminue tout autant).

Ce n'est pas un problème en soi car à ce stade de culture ce n'est pas le but recherché, mais cela en devient un justement pour faire ramifier. Le couvert végétal est alors très dense, et les pousses en retard, en retrait, celles qui n'ont pas encore atteint l'aplomb du "dôme ou triangle du soleil" perdent rapidement de la vigueur, les feuilles jaunissent et tombent, et si on ne fait rien, elles vont mourir.

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 004lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 006

14/01/2014 - 26/05/2014

J'ai donc fait en fonction de mon ressenti, c'est à dire des alternances de laisser pousser, tailler, puis lorsque je voyait que le feuillage des pousses en retard commençait à jaunir et tomber, une défoliation complète avec taille ou suppression de l'apex des branches les plus vigoureuses étant déjà à l'aplomb ou périphérie du dôme, et laissant les apex des pousses en retard intactes.

Avec ce principe la ramification s'accroit rapidement, et un équilibre semble s'installer entre volume de substrat, ramification et feuillage, et les pousses en retard, après chaque défoliation re-bourgeonnent et rattrapent peu à peu leur retard, n'étant peu ou pas taillées. Une autre singularité est l'apparition, chaque automne lors des pluies alors que le feuillage est encore présent, de racines aériennes courtes sur les branches de moins de deux ans, formant des callosités disgracieuses. A ne surtout pas raboter sous peine de voir la branche mourir.

Puis lorsque la branche a plus de deux ans et commence à voir apparaitre l'écorce caractéristique de l'espèce, se desquamant en longues plaques fines et fibreuses, ces excroissances sèchent, deviennent bien plus discrètes et ces racines aériennes n'apparaissent plus.

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 007lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 008

24/12/2014 - 04/06/2015

Aujourd'hui ce bonsai Lonicera va commencer à renter en phase de maturité, les feuilles commencent à être bien réduites dû à la multiplication de la ramification, les pousses gourmandes et vigoureuses se font rares, un équilibre commence à s'installer. Quelques pousses sont cependant encore en retard et doivent être surveillées, notamment en bas à droite et à l'arrière en bas.

La technique de taille et défoliation employée empiriquement semble porter ses fruits. Tant que le substrat drainera correctement ce bonsai chèvrefeuille ne sera pas rempoté, pour pouvoir travailler sur la finesse de la ramification et maintenir cet équilibre semblant vouloir s'installer.

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 009lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 010

lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 011lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 012lonicera bonsai chevrefeuille periclymenum brundu 013

Cet article sera mis à jour régulièrement, suivant l'évolution de ce bonsai de Lonicera periclymenum.

Panier Vide