Producteur shohin mame bonsaï

ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 001

Voici l'histoire d'un "petit bout de bois", un jeune plant d'orme champêtre prélevé sur un de mes chantiers lorsque j'avais mon entreprise de création de jardin.

ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 015ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 014ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 013

10/10/2009 - 11/04/2010 - 13/10/2011

Les premiers temps cet Ulmus procera a été mal cultivé, fertilisation organique sur substrat minéral granulaire, et des fréquences d'irrigation trop basses. Il en a résulté que de fin 2009 à 2013 ce shohin d'orme champêtre a très peu évolué. En effet les ormes, les Ulmacées en général, sont gourmands en eau et en éléments minéraux, ce sont des arbres à croissance rapide.

Début 2013 ce futur shohin est rempoté dans un conteneur de 10L, dans un mélange de pouzzolane 2/6 et de tourbe blonde, et fertilisé correctement. La réaction est alors immédiate, l'arbre se met à évoluer rapidement.

Ce sont des alternances de tailles, croissance, défoliations totales ou partielles, ligature/arcure, taille/croissance qui sont utilisées,  la ligature ici étant utilisée en "pensant feuillu", essentiellement pour arquer et reproduire l'effet de l'apesanteur, toujours un bourgeon ou pousse localisée à l'angle de la courbure, et non pas pour former des feuillus avec des plateaux et des branches droites et plates, dont je suis peu friand.

Pourquoi utiliser la ligature sur un feuillu alors que la taille peu suffire ? C'est avant tout une recherche personnelle. Une recherche dans les branches. Leur mouvement. Je pense que ce qui donne le caractère unique à un arbre, c'est en grande partie son tronc et ses branches. Un jour, chez un ami, en observant un très vieux figuier non taillé, je me suis aperçu, en regardant le vieux platane non taillé également, que tous les arbres et arbustes ou presque suivaient le même schéma : un quête de la lumière, les branches les plus vieilles s'arquant et pendant vers le sol, les nouvelles pousses remontant telles des hameçons, formant des paumes de mains ouvertes vers le ciel, empilées les unes sur les autres. Les branches en interne forment des vagues, des arcs de cercles irréguliers, des mouvements ascendants/descendants ce que les Chinois et Taïwanais appellent "Circles of rebirth ou circles of life" les cercles de la vie, de la renaissance, un terme empreint du Bouddhisme et signifiant le mouvement perpétuel, le cycle de la vie.

En effet, ce qui se produit c'est que, sur un arbre, un arbuste, une branche croit, puis plies sur son propre poids, ce qui était en haut se retrouve plus en bas avec donc moins de vitalité, et c'est une pousse en amont qui va prendre cette vitalité (le principe de l'arcure est que la partie abaissée va perdre en flux de sève), croitre, recouvrir et peu à peu mettre dans l'ombre l'ancienne masse, qui va mourir, et etc, etc, etc...et donc former les cercles de renaissance.

Je me suis donc mis à observer de plus en plus les vieux arbres, leurs branches, ainsi que les formes qu'elles pouvaient prendre, et j'ai donc commencé à former certains de mes bonsai suivant ce principe, pour essayer, dont ce shohin d'Ulmus procera.

ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 012

30/08/2013

Début 2014, voulant commencer un travail plus fin, et cette année dans ce conteneur de volume conséquent ayant grandement profité, je décide de rempoter provisoirement l'orme dans un pot à bonsaï quelconque, dans un substrat composé d'akadama et de pouzzolane 2/4

ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 011ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 010

14/01/2014

Une grosse racine à l'avant ayant pourrie un peu plus d'un an auparavant, provoquant un trou dans le nebari, je réalise un shari, une opération dont je pense aujourd'hui que j'aurai pu me passer, elle a néanmoins emmené un évasement significatif du tachiagari et de la partie inférieure du tronc. L'objectif aujourd'hui est de le laisser se refermer et de laisser l'écorce "monter", cette dernière commençant à apparaître à l'arrière, afin de masquer cette opération.

ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 009ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 008

27/05/2014 - 06/08/2014

Au cours de l'année 2014 et jusqu'à aujourd'hui, l'évolution à été très rapide, toujours en alternant taille, croissance, défoliation, arcure, croissance, taille, etc...

ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 007

28/11/2014

A l'automne 2014 le shohin d'orme champêtre est transplanté en touchant très peu à la motte sur une lauze de schiste, habillé de terre de ketoh maison, un mélange de terre argilo-limoneuse et de sphaigne hachée. Cette opération va me permettre de ne plus rempoter le bonsaï, ou du moins pas avant quelques années, pour pouvoir le "finir". Ce shohin d'Ulmus procera a été motté un peu plus que de raison, en effet il est encore en phase de croissance, il doit encore prendre un peu plus de cinq centimètres pour des proportions que je trouve acceptable par rapport à la hauteur du tronc / insertion des premières branches.

ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 006ulmus bonsai shohin brundu bonsai orme champetre 005

17/12/2014 - 03/03/2015

Le futur travail va être d'en faire de moins en moins, tout en en faisant un peu au bon moment, d'emmener ce bonsaï d'Ulmus procera shohin à maturité, et laisser s'effacer grâce au temps et à la croissance les traces de la formation humaine.

ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 001

ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 002ulmus procera bonsaï shohin brundu bonsai orme champetre 004

 05/06/2015

Cet article sera mis à jour régulièrement, suivant l'évolution de cet orme champêtre shohin. - Lonicera bonsai

 

Panier Vide